Des cantines scolaires agissent pour la réduction du gaspillage alimentaire

Organom a mené, avec l'appui de l'association TCE, une expérimentation dans 5 restaurants scolaires de son territoire d'avril à juin 2019 : Baneins, Bresse Vallons (Etrez), Poncin, Tossiat et Val-Revermont (Treffort). Pour commencer, un diagnostic a été effectué grâce à une première série de pesée des déchets alimentaires durant une semaine. Les enseignants et les élèves ont ensuite été sensibilisés à la lutte contre le gaspillage et des mesures ont été mises en place : service adapté à l'appétit des enfants, menus à 4 composantes, aide à la découpe des aliments ... De nouvelles pesées ont ensuite été effectuées et l'on constate au final une réduction d'environ 25% des déchets alimentaires en moins de trois mois.

Sophie Chapuis, alors adjointe au maire de Tossiat en charge du scolaire/périscolaire, revient sur cette action.

 

Quels étaient les objectifs pour la commune de Tossiat ?

 

Sophie Chapuis : "Nous avons identifié trois principaux objectifs :

 

  • Evaluer la satisfaction des enfants concernant le goût des repas par des chiffres concernant la nourriture en raison d'assiette non terminée ;
  • Evaluer la gestion de notre restaurant scolaire en termes de quantités de commande mais aussi de gestion sur place par les agents, comme la manière de servir la nourriture ;
  • Réduire le gaspillage alimentaire généré par notre restaurant scolaire."

 

Quels ont été les résultats du diagnostic ?

 

Sophie Chapuis : "Les 1ères pesées ont permis de réveler un gaspillage de 52 kg de nourriture par semaine (12 kg dans les assiettes et 40 kg de nourriture non servie) pour une moyenne de 94 repas. Sur une année, cela représente en moyenne 1,8 tonne jetée soit plus de 10 000€."

 

pesee Baneins

Le matériel utilisé pour les pesées

 

Quel bilan tirez-vous de cette expérimentation ?

 

Sophie Chapuis : "Les mesures effectuées se sont finalement révélées plutôt rassurantes avec un gaspillage alimentaire plus bas que la moyenne grâce à une bonne gestion des repas par les agents municipaux et des repas globalement appréciés par les enfants. Nous avons travaillé sur les quantités commandées qui étaient trop élevées et instauré un repas végétarien par semaine. Les échanges avec l'intervenante ont été riches d'enseignements et un permis d'impulse un dialogue avec notre fournisseur de repas sur le sujet du gaspillage."

 

Suite à cette expérimentation, Organom a fait réaliser un guide pratique à destination des restaurants scolaires qui souhaiteraient se lancer dans une démarche de réduction du gaspillage alimentaire.

En continuant votre navigation vous acceptez l'utilisation de cookies sur le site internet Organom